ADMM

14 septembre – 19 octobre 2019

Galerie 1

Adad Hannah
Rodin retravaillé

Galerie 2

Meryl McMaster
Clin d’oeil à la série « Aussi vaste que le ciel »

Vernissage le samedi 14 septembre de 15h à 18h en présence des artistes
Ouvert du mercredi au samedi de 11h30 à 17h30

963 rue Rachel Est
Montréal QC H2J 2J4

face   
pfoac

ADAD HANNAH   /  MERYL MCMASTER   / 


Pierre-François Ouellette art contemporain est heureux de présenter deux expositions de photographies d'Adad Hannah et Meryl McMaster. Nous sommes honorés d'avoir été invités à faire partie du programme satellite de Momenta 2019, Biennale de l’image.


ADAD HANNAH

Rodin retravaillé



« Avec Rodin retravaillé, la peinture qu'Adad Hannah applique sur les photographies des sculptures d'Auguste Rodin apparaît comme une sorte de matière étrangère, interrompant les circonstances matérielles de la sculpture et de la photographie. La peinture est visqueuse et amorphe, mais elle a aussi une force énergétique. Le résultat est que les gestes colorés de Hannah semblent interagir avec les corps en mouvement de Rodin.

Hannah travaille avec Rodin depuis longtemps. Que signifie pour un artiste contemporain "travailler avec" un artiste historique disparu depuis longtemps ? Il y a certainement un élément d'hommage à l'artiste précédent, mais cette relation soutenue va au-delà pour devenir une véritable conversation à travers le temps. Dans l'œuvre de Rodin, Hannah a trouvé une source générative (ou caisse de résonance) pour ses propres interrogations sur les images et les corps au XXIe siècle. Plus précisément, les rencontres répétées d'Hannah avec Rodin lui permettent d'explorer une tension entre images immobiles et images en mouvement, et simultanément, une tension entre corps fixes et corps en mouvement.

Dans certains des projets antérieurs d'Hannah, l'engagement avec Rodin s'est traduit par des ‘re-makes’ d'œuvres d'art spécifiques. Les Bourgeois de Séoul, 2006 (d'après le célèbre monument à plusieurs personnages, Les Bourgeois de Calais, 1889) en est un excellent exemple. La sculpture de Rodin était troublante lorsqu'elle avait été présentée pour la première fois parce qu'elle renversait si clairement la tradition du monument : les six figures masculines ne sont pas regroupées symétriquement ou installées dans des poses héroïques conventionnelles, mais sont plutôt représentées en plein mouvement - chaque figure marchant, se balançant, se pliant ou hésitante. Dans la version à images animées d'Hannah, les hommes en uniforme qui reproduisent les états corporels des bourgeois de Rodin sont des coursiers à moto, des citoyens de Séoul qui passent leurs journées à voyager à travers la ville. Dans l'œuvre d'art, alors qu'ils tiennent maladroitement les poses qui leur sont assignées, ils deviennent des monuments vivants du mouvement et de la communication urbaine du XXIe siècle.

Dans ce corpus récent, comme dans certains des projets précédents axés sur Rodin, la relation entre la sculpture et la photographie est mise en évidence, même si l'expressivité des corps en mouvement et des gestes est encore essentielle. L'historienne de l'art Rosalind Krauss a écrit que "la surface du corps, cette frontière entre ce que nous considérons comme interne et privé, et ce que nous reconnaissons comme externe et public, est le lieu de la signification de la sculpture de Rodin" (traduction libre). Cette valeur accordée à la surface du corps sonne vrai pour Hannah, mais dans les œuvres de Rodin retravaillé c'est également la surface des photographies qui est en jeu. Il est utile de savoir que Rodin lui-même a pris l'habitude de dessiner directement sur des photographies de ses travaux en cours ou terminés. Mais Hannah peint en fait sur le verre qui protège l'image, et non sur les photographies elles-mêmes, ce qui complique la question même de la surface. Les marques picturales d'Hannah ne se trouvent ni sur la surface des sculptures ni sur la surface des photographies, et la peinture semble plutôt flotter dans les airs, et entre les supports. Ces marques mystérieusement détachées ont une action vivifiante qui dynamise et réactive à la fois les sculptures et les photographies, donnant une nouvelle vie à ces vestiges du passé. »

- Johanne Sloan Département des arts visuels, Université Concordia

La sculpture figurative, en particulier celle d'Auguste Rodin, a toujours été une pratique contradictoire qui transforme le corps humain en une masse de matière inanimée tout en animant simultanément le plâtre, la pierre ou le bronze dont elle est faite. La vie humaine est distillée en une chose, et puis cette chose - par ses interactions avec les gens - reçoit la vie.

Rodin retravaillé d'Adad Hannah est un nouvel ensemble d'œuvres réalisées en collaboration avec le Musée Rodin, Paris. Cette série s'appuie sur l'intérêt qu'il porte à l'œuvre du sculpteur français Auguste Rodin (1840-1917) en relation avec l'interaction entre la sculpture et le corps humain, et les façons dont nous observons et interagissons avec l'art.

Hannah a exploré ces idées dans ses « conversations » avec l'art de Rodin pendant plus d'une décennie avec des projets tels que L’âge de bronze( 2004) tourné au Musée des beaux-arts du Canada, Les bourgeois de Séoul (2006) produit en Corée du Sud, Les Bourgeois de Calais : Crated and Displaced (2010) fait à Calais, Unwrapping Rodin (2010) qui a fait l'objet d'une exposition itinérante des œuvres de Rodin organisée par le Musée des beaux-arts de Montréal et le Musée Rodin, Paris, et Les Bourgeois de Vancouver (2015), une collaboration avec le cinéaste québécois Denys Arcand.

Rodin était un collectionneur passionné de photographies, dessinant et peignant souvent sur des images de son propre travail. Ces photographies à la plume, au crayon ou à la gouache servaient à réimaginer une œuvre, à tester une idée avant de la rendre en plâtre en préparation pour le bronze ou le marbre. Rodin utilise également des pigments brillants dans ses esquisses, bien que ses sculptures finales soient presque toujours monochromes.

Tout comme Rodin utilisait les photographies d'autres personnes pour imaginer d'autres façons de voir ses sculptures, Adad Hannah utilise des couches peintes suspendues devant les photographies qu'il a prises des plâtres de Rodin. En superposant des images fixes avec des feuilles de verre peintes, Hannah souligne comment la lumière et la couleur modifient notre perception de la sculpture tout en explorant les distinctions entre la présence symbolique d'une sculpture et l'aspect physique organique du corps humain. Ces œuvres mettent aussi l'accent sur le lien entre le passé et le présent - initiant une conversation entre les sculptures du 19e siècle de Rodin et les pratiques photographiques et de fabrication de marques actuelles.

Ayant étudié la gravure et la peinture au début de sa formation artistique, ce nouveau corpus d'œuvres réunit les premières pratiques artistiques de Hannah avec les œuvres performatives photographiques et vidéo qu'il a produites au cours des quinze dernières années dans le monde. Le verre peint est suspendu au-dessus de la photographie, créant un jeu de couleurs, réflection, de translucidité et d'opacité. Cette interaction obscurcit, met en valeur et active les corps gelés de Rodin lorsque le corps du spectateur se déplace autour de l'œuvre d'art.

- Site web de Adad Hannah
- Page d'artiste de Adad Hannahn sur le site web de la galerie
- cliquez ici pour télécharger un C.V. récent de l'artiste


OEUVRES DISPONIBLES



ADAD   ADAD   ADAD
Two figures with yellow and red strokes
Acrylique Optium peint à la main et épreuve pigmentée archives
91.5 x 61 cm (36" x 24")
2019
Édition unique
  Two figures with pink and yellow supports
Acrylique Optium peint à la main et épreuve pigmentée archives
91.5 x 61 cm (36" x 24")
2019
Édition unique
  AD Virtumnus and Pomona striped
Acrylique Optium peint à la main et épreuve pigmentée archives
91.5 x 61 cm (36" x 24")
2019
Édition unique


ADAD   ADAD   ADAD
Fallen Caryatid with lime strokes
Acrylique Optium peint à la main et épreuve pigmentée archives
91.5 x 61 cm (36" x 24")
2019
Édition unique
  Woman with rags and yellow and green orbs
Acrylique Optium peint à la main et épreuve pigmentée archives
91.5 x 61 cm (36" x 24")
2019
Édition unique
  Age of Bronze right side
Acrylique Optium peint à la main et épreuve pigmentée archives
91.5 x 61 cm (36" x 24")
2019


ADAD   ADAD  
The Benedictions with green strokes
Acrylique Optium peint à la main et épreuve pigmentée archives
91.5 x 61 cm (36" x 24")
2019
Édition unique
  The Inner Voice ascending
Acrylique Optium peint à la main et épreuve pigmentée archives
91.5 x 61 cm (36" x 24")
2019
Édition unique
 


ADAD   ADAD   ADAD
Meditation or The Inner Voice portrait
Acrylique Optium peint à la main et épreuve pigmentée archives
61 x 91.5 cm (24" x 36")
2019
Édition unique
  Pierre de Wissant plaster expanded
Acrylique Optium peint à la main et épreuve pigmentée archives
61 x 91.5 cm (24" x 36")
2019
Édition unique
  The Cathedral from below
Acrylique Optium peint à la main et épreuve pigmentée archives
61 x 91.5 cm (24" x 36")
2019
Édition unique


ADAD   ADAD   ADAD
The Kiss with red and green strokes
Acrylique Optium peint à la main et épreuve pigmentée archives
61 x 91.5 cm (24" x 36")
2019
Édition unique
  The Muse and others with green yellow and white
Acrylique Optium peint à la main et épreuve pigmentée archives
61 x 91.5 cm (24" x 36")
2019
Édition unique
  Two arms in a mirror
Acrylique Optium peint à la main et épreuve pigmentée archives
61 x 91.5 cm (24" x 36")
2019
Édition unique


ADAD    
Two bodies in profile
Acrylique Optium peint à la main et épreuve pigmentée archives
61 x 91.5 cm (24" x 36")
2019
Édition unique
   



MERYL MCMASTER

Clin d’oeil à la série "Aussi vaste que le ciel"


« La façon dont nous expérimentons le temps qui passe façonne notre relation au monde. Ma conscience du temps provient de la superposition de deux approches distinctes – l’une est une voie linéaire qui part dans les deux directions depuis le présent, l’autre est récurrente et cyclique. Cette dualité fait partie de mon éducation et résulte du fait d’être née dans une famille à la fois occidentale (britannique/néerlandaise) et autochtone (Plains Cree). De nombreux lieux que j’ai visités revêtaient des significations particulières pour mes ancêtres. J’ai été attirée par les lieux des récits anciens, dans les prairies canadiennes du centre et du Sud, et sur les rives des premières colonies, dans les provinces maritimes canadiennes. Mon but était de me reconnecter à ceux qui m’ont précédée afin de me présenter à la terre sur laquelle ils vécurent. J’en suis venue à considérer ces paysages comme des immenses capsules temporelles de savoir enfoui. Fouler ces anciens sentiers, faire l’expérience de la diversité des panoramas et apprendre de la sagesse de mes ancêtres : c’est de cela dont traite Aussi vaste que le ciel. »

- Meryl McMaster

- Site web de Meryl McMaster
- Cliquez ici pour télécharger un C.V. récent de Meryl McMaster
- Wanda Nanibush « Photographer Meryl McMaster: ‘How the world is really transformed’, » Maclean’s Magazine, 26 avril 2019




OEUVRES DISPONIBLES
MCMASTER   MCMASTER   MCMASTER
Calling Me Home
impression chromogénique montée sur panneau en aluminium
101.5 x 152.5 cm (40" x 60")
2019
E.A. 1/2
Collection David Angelo
  Cartography of the Unseen
impression chromogénique montée sur panneau en aluminium
101.5 x 152.5 cm (40" x 60")
2019
Éd. 5
  There Are No Footprints Where I Go
impression chromogénique montée sur panneau en aluminium
101.5 x 152.5 cm (40" x 60")
2019
Éd. 5


MCMASTER    
Deep Into the Darkness, Waiting
impression chromogénique montée sur panneau en aluminium
76 x 101.5 cm (30" x 40")
2019
Éd. 5
   


_______
contact