carton
It begins, it has an end, this is what you will come back to, this is your hand, 2015, huile et
acrylique sur toile, 121.9 x 91.4 cm (48" x 36")

19 mars - 25 avril 2015

Dil Hildebrand
Quelques bons mots qui font encore effet, et la marée

Nelson Henricks
Endless Paper

Vernissage le jeudi 19 mars de 17h à 19h30

372 Ste-Catherine Ouest suite 216
Montréal, Quebec, Canada
H3B 1A2

face   
pfoac

DIL HILDEBRAND /  NELSON HENRICKS


DIL HILDEBRAND


view   view


view   view

credit photo: Guy L'Heureux



Quelques bons mots qui font encore effet, et la marée

Quelques bons mots qui font encore effet, et la marée se veut une synthèse des deux séries précédentes de Dil Hildebrand. Alternant entre planéité et spatialité, cette nouvelle production reflète l'intérêt continu de l'artiste pour l'architecture et pour la peinture.

"Le titre de l’exposition est tiré d’un poème de Margaret Atwood*, dans lequel la poète énumère des éléments utiles pour exercer son métier, dont, en fin de liste, « quelques bons mots qui font encore effet, et la marée ». Équipée de vieux outils, la poète projette de larguer les amarres pour atteindre de nouveaux rivages, mais réalise que pour ce faire, elle doit suivre le courant changeant de la chance; une juste description du défi créatif. Quantité d’autres motifs imprègnent la poésie d’Atwood. L’anxiété, les épreuves du processus créateur, la relation entre l’artiste et son public, et les passages sombres – tous des sujets d’importance chez Atwood – sont des thèmes de premier plan dans cette exposition. Chaque peinture ici a pour titre un extrait d’un poème d’Atwood.

Semblables à des fenêtres, à des portes, à des vitrines et à des portiques, les toiles de cette exposition révèlent d’étroits espaces intérieurs et des surfaces riches de textures qui témoignent du long processus de fabrication de chacune des peintures. À l’aide de formes abstraites, l’artiste construit des œuvres architectoniques qui demandent d’être pénétrées du regard, bien qu’elles soient sciemment dépourvues de tout appât compositionnel donnant l’impression de sécurité qui accompagne habituellement notre envie d’entrer à quelque part. Ces œuvres sont tributaires de diverses source d’influences – la peinture doorkijkje (perspectiviste) néerlandaise, l’architecture moderne, et Matisse apparaissent tous sous différents dehors à travers l’exposition.

Si le mot « passage » fait référence à un segment de prose ou de poésie, il est aussi riche de sens au sein du langage pictural; les passages sont des motifs architecturaux courants en peinture, des ouvertures à travers lesquelles regarder, des symboles d’ambivalence, et des lieux de mouvement entre états d’âme. Ils sont aussi des sites qui unissent la sphère de la production à celle de la consommation, agissant comme un point de rencontre entre l’artiste et son public. Et dans le cas de la guillotine, le « passage » est aussi une machine de démembrement. Dans les romans gothiques, les seuils de portes sont souvent les sites de suspense, de délires et de visions étranges. Quelques bons mots qui font encore effet, et la marée est une étude de ce qui se produit dans ces espaces liminaux sans loi; le travail de la poète et du peintre, qui flotte, qui monte et descend à la merci de la marée chaotique."

- Dil Hildebrand

* « True Stories », du recueil True Stories, 1981

Dil Hildebrand est né en 1974 à Winnipeg, Canada. Il est titulaire depuis 2008 d'une maîtrise en beaux-arts de l'Université Concordia. En 2006, il a remporté le grand prix du Concours de peintures canadiennes RBC, et a depuis participé à plusieurs expositions au Canada, aux États-Unis et à l'étranger notamment la 4e Biennale internationale d'art de Pékin (2010), "Back to the Drawing Board" à YYZ Toronto (2011), la Biennale canadienne du Musée des beaux-arts du Canada (2012), "Re-configuring Abstraction" à la Manitoba University School of Art Gallery (2013), "Le Projet Peinture" à la Galerie de l'UQAM (2013), "Shape Shifters" à Herron Galleries University of Indiana (2013), "Young Canadian Painters" à Cambridge Galleries (2014), "La Beauté du geste" au Musée d'art contemporain de Montréal (2014) et "Land-reform(ed)" à la Galerie Ajagemô du Conseil des arts du Canada (2014). Ses oeuvres se retrouvent dans les collections permanentes du Musée des beaux-arts du Canada, du Musée d'art contemporain de Montréal, du Musée des beaux-arts de Montréal, de la Banque d'oeuvres d'art du Conseil des arts du Canada et de nombreuses collections corporatives dont celles de la Banque de Montréal, de la Banque Royale du Canada, de TD Canada Trust, d'Ernst and Young, de Stikeman Elliott LLP, de Bennett Jones LLP, d'Osler Hoskin & Harcourt LLP et de McCarthy Tétrault LLP. Dil Hildebrand vit et travaille à Montréal. En 2016, Plein Sud présentera une exposition solo de son travail à Longueuil.

- Page d'artiste de Dil Hildebrand sur le site web de la galerie
- Site web de Dil Hildebrand .
- cliquez ici pour télécharger un C.V. récent de Dil Hildebrand.

Still_work   Still_work   Still_work   Still_work
It begins, it has an end, this is what you will come back to, this is your hand
2015
huile et acrylique sur toile
121.9 x 91.4 cm (48" x 36")
reddot
  We proceed as usual, we watch for omens, we are sad
2015
huile et acrylique sur toile
228 x 183 cm (89 3/4" x 72")
reddot
  You climb through the wrong windows
2015
huile et acrylique sur toile
121.9 x 91.4 cm (48" x 36")
reddot
  There is no reason for this
2015
huile et acrylique sur toile
50.5 x 40.5 cm (19 7/8" x 15 15/16")reddot


Still_work   Still_work   Still_work   Still_work
To know the future there must be a death. Hand me the axe
2015
huile et acrylique sur toile
50.5 x 40.5 cm (19 7/"8 x 15 15/16")
reddot
  Your own future bones, whatever's down there
2015
huile et acrylique sur toile
198 x 147.5 cm (77 15/16" x 58 1/16")
reddot
  This is not what I want but I want this also
2015
huile et acrylique sur toile
228 x 183 cm (89 3/4" x 72")
reddot
  Your hand is a warm stone I hold between two words
2015
huile et acrylique sur toile
121.9 x 91.4 cm (48" x 36")
reddot


Still_work   Still_work   Still_work  
Untitled (collage 01)
2015
encre sur papier monté sur panneau
28 x 21.5 cm (11" x 8 7/16")
SOLD
  Untitled (collage 02)
2015
encre sur papier monté sur panneau
28 x 21.5 cm (11" x 8 7/16")
SOLD

  Untitled (collage 03)
2015
encre sur papier monté sur panneau
28 x 21.5 cm (11" x 8 7/16")
SOLD
 

NELSON HENRICKS


view   view

Une main apparaît à l'écran et enlève des feuilles de papier une à la fois. Cette action se poursuit d'une manière apparemment infinie, sans commencement ni fin. Cette oeuvre est un extrait de l'installation vidéo à trois canaux, The Sirens.

Nelson Henricks est né à Bow Island, en Alberta et est diplômé de l'Alberta College of Art (1986). Il s'installe à Montréal en 1991, où il a obtenu un baccalauréat de l'Université Concordia (1994). Musicien, écrivain, conservateur et artiste, Henricks est mieux connu pour ses vidéos et installations vidéo qui ont été exposées dans le monde entier. Son travail vidéo a fait l'objet d'une présentation au MOMA (Musée d'Art Moderne de New York) dans le cadre de la série Video Viewpoints en 2000. Une rétrospective de mi-carrière de son travail a été organisée par la Galerie Leonard et Bina Ellen à Montréal en 2010. Henricks a reçu le Prix Bell Canada en art vidéo en 2002 et l'Alumni Award of Excellence du Conseil des gouverneurs de l'École d'art et design de l'Alberta en 2005. On retrouve les oeuvres d'Henricks dans les collections du Musée des beaux-arts du Canada, du Musée d'art moderne (MOMA, New York), du Musée des beaux-arts de Montréal, du Musée national des beaux-arts du Québec et de la Galerie Leonard et Bina Ellen. Il vit et travaille à Montréal où il termine actuellement un doctorat à l'Université du Québec à Montréal et présentera une exposition solo à Dazibao, "A Lecture on Art" du 30 avril au 30 juin 2015.

- cliquez ici pour télécharger un C.V. récent de Nelson Henricks.
- Site web de Nelson Henricks.



Still_work   Still_work   Still_work
Endless Paper
2008
vidéo monobande
30:00
 
 


_______
contact